Schefferville pendant l’extinction de la race blanche ou Le carnaval indien de l’Orphelinat des Monstres | Benjamin Pradet

DE BENJAMIN PRADET

MENTION – PRIX GRATIEN-GÉLINAS 2017 *

23 août | 20h

Mise en lecture
Sébastien David

Trois périples mystérieusement liés s’amorcent, puis se rejoignent. Dans un orphelinat de Montréal, deux enfants, dont l’un laissé là par sa mère autochtone, s’évadent pour se venger de cet abandon. À Schefferville, une famille innue s’apprête à partir pour ses territoires de chasse en dépit des chemins coupés par les exploitations minières. Et Maurice Duplessis fait atteler sa carriole, officiellement pour aller visiter ses mines du nord, mais en fait pour retrouver Félix, son amour d’adolescence. Mêlant l’histoire aux mythes, l’épopée au burlesque et le réel des Blancs à la pensée souveraine des Premières Nations, ce texte hors-norme bouleverse avec une étonnante poésie les lieux de mémoire qui fondent les identités.

Benjamin Pradet, diplômé en écriture de l’École nationale de théâtre en 2013, est l’auteur de 80 000 âmes vers Albany. Il a aussi travaillé comme intervenant social, entre autres à Schefferville, au sein de la communauté innue de Matimekosh.


*La lecture de la pièce récipiendaire du prix Gratien-Gélinas 2017, La nuit du 4 au 5 de Rachel Graton, n’est pas présentée cette année à Dramaturgies en Dialogue, puisqu’elle sera à l’affiche du 26 septembre au 14 octobre au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.


Benjamin Pradet @ Maxime Côté
Sébastien David @ Julie Artacho