Le choc des Belles-Sœurs: regards croisés 1968-2018

29 août 16h | Salle Jean-Claude-Germain | GRATUIT

Il y a cinquante ans, la création des Belles-Sœurs de Michel Tremblay a complètement bouleversé le théâtre au Québec par son travail radical sur la langue, par son portrait sans complaisance de la classe ouvrière francophone montréalaise, par sa peinture de l’aliénation des femmes et par son électrisante liberté formelle. Alors qu’à la fin des années soixante, les forces vives de la création théâtrale québécoise travaillaient encore à partir des prémisses des avant-gardes européennes d’après-guerre, les créateurs et créatrices émergents, dès le choc tellurique de la création de la pièce de Tremblay, se sont mis à explorer l’identité québécoise à travers la profération jubilatoire d’une langue fondée sur l’oralité.

Comment s’est vécu le bouleversement des Belles-Sœurs en 1968 ? Comment le théâtre en a-t-il été affecté ? Des témoins de la première heure en parlent, relancés par des autrices émergentes.
Paul Lefebvre | Traducteur et conseiller dramaturgique
Paul Lefebvre est traducteur, metteur en scène et professeur de théâtre. Il a travaillé au Centre national des arts comme directeur artistique fondateur de la biennale Zones Théâtrales et adjoint artistique de Denis Marleau, après avoir été directeur littéraire au Théâtre Denise-Pelletier. Il travaille comme conseiller dramaturgique au CEAD depuis janvier 2010.

Pascale St-Onge | Autrice
Diplômée de l’UQAM en études théâtrales en 2012 et du programme d’écriture dramatique de l’École nationale de théâtre en 2016, Pascale St-Onge se démarque par une pratique aux aspects variés. Autrice et performeuse, elle écrit les pièces Tarmac et Parties de chasse lors de son passage à l’ÉNT, en plus de créer le spectacle collectif Autorisation parentale (ZH Festival 2015, Jamais Lu 2018).  En 2015, elle cofonde La Criée, collectif encourageant la rencontre entre la parole vivante et la poésie et qui a présenté Agora (Jamais Lu 2018), spectacle portant sur les conséquences de la grève étudiante de 2012 dont Pascale coordonne l’écriture. Avec Frédéric Sasseville-Painchaud, elle présentera le spectacle KINK à Espace Libre en octobre, expérience théâtrale où elle agit comme co-autrice, co-metteuse en scène et interprète.

Rébecca Déraspe | Autrice
Rébecca Déraspe a complété le programme d’écriture dramatique de l’École Nationale de Théâtre en mai 2010. Elle est l’auteure de plusieurs pièces jouées et traduites à travers le monde dont Deux ans de votre vie, Plus que toi, Peau d’ours, Gamètes, Nino, Je suis William, Le merveilleux voyage de Réal de Montréal. Elle a remporté le prix de la critique pour meilleur texte dramatique Montréal 2017 pour sa pièce Gamètes et le prix BMO auteur dramatique 2010 pour sa pièce Deux ans de votre vie. Elle est aussi scénariste.

Hélène Stevens | Témointe
Mécène éclairée, productrice avisée et organisatrice redoutable, Hélène M. Stevens a marqué par ses interventions aussi discrètes qu’efficace les arts de la scène au Québec au cours des cinquante dernières années. Dès le début des années soixante, on la retrouve aux Foires internationales de Montréal, aux Grands Ballets Canadiens et au TNM. Elle produit aussi à la même période des spectacles aussi divers que la venue de Joséphine Baker à la Place des Arts encore toute neuve, le légendaire Hamlet, prince du Québec de Robert Gurik et la première comédie musicale québécoise, Le vol rose du flamant de Clémence Desrochers et Pierre F. Brault. À l’Expo 67, on la retrouve au Pavillon du Québec où elle est directrice des manifestations spéciales. En 1984, elle fonde sa firme de consultante en gestion des arts Hélène M. Stevens et Associés, qui évolue en 1991 vers Stevens Laroche et Associés, et qui n’a que tout récemment cessé ses activités. Elle travaille aussi en musique classique, particulièrement comme coordonnatrice nationale du Concours de musique du Canada. Elle est très impliquée dans le réseau Les Arts et la Ville, dont elle assure la direction générale pendant trois ans au cours des années 1990. De 1988 à 2011, c’est elle qui assure la coordination générale du Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal. Généreuse de son temps et de son savoir-faire, elle a présidé d’innombrables activités bénéfices et a été membre de plusieurs conseils d’administration dont celui de l’École supérieure de danse du Québec, des Grands Ballets Canadiens et de La La La Human Steps. Madame Stevens connaît bien le CEAD pour avoir été, bénévolement, au début des années soixante-dix, responsable de l’administration et adjointe au secrétaire général, qui était à ce moment-là Roland Laroche. Le CEAD a aussi fait appel à son expertise pour concevoir les célébrations de son 40e anniversaire.

Marie-Hélène Falcon | Témointe
Marie-Hélène Falcon a étudié le théâtre et la philosophie à l’Université du Québec à Montréal.

Depuis plus de 30 ans, elle s’est principalement consacrée à la diffusion de la création théâtrale contemporaine à l’échelle nationale et internationale. Cofondatrice du Festival de Théâtre des Amériques, elle en a été la directrice générale et artistique depuis 1985. Elle fonde Théâtres du Monde en 1996 et Nouvelles Scènes en 1997. En mai 2007, le Festival de théâtre des Amériques cède sa place au Festival TransAmériques. Devenu une manifestation annuelle et intégrant désormais la danse contemporaine, ce nouvel événement place Montréal au diapason des grands festivals internationaux où la création contemporaine des arts de la scène est au cœur des enjeux, rejoignant et actualisant ainsi l’idéal des débuts. En juin 2014, elle quitte la direction du FTA et se consacre désormais à partager ses expériences à titre de conférencière et conseillère.

Marie-Hélène Falcon est invitée à participer à des festivals internationaux, des colloques, des séminaires, des tables rondes, des jurys et à des rencontres de réflexion sur les enjeux de la création contemporaine en danse et en théâtre à travers le monde.

Parmi les distinctions qui lui ont été décernées, mentionnons le titre de Compagne des arts et des lettres du Québec décerné par le Conseil des arts et des lettres du Québec, l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres attribué par le gouvernement français, le titre d’Officier de l’Ordre national du Québec, le prix Gascon-Thomas de l’École nationale de théâtre du Canada et tout récemment, le prestigieux prix Denise-Pelletier qui représente la plus haute distinction décernée à une personnalité québécoise dans le domaine des arts vivants.

Pierre Macduff | Témoin
Pierre MacDuff  dirige le Centre des auteurs dramatiques, de 1978 à 1984. Cofondateur du Conseil québécois du théâtre, il y œuvre tour à tour à titre de directeur (1983-1991) puis de président (2000-2003). De 1986 à 1990, il assume la direction artistique de la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier qui se destine à l’accueil de compagnies de création. Membre fondateur  du Carrefour international de théâtre de Québec,  il en est codirecteur artistique de 1992 à 1996. Il préside la Maison Théâtre de 2005 à 2007.

En 1991, il se joint à la compagnie de théâtre Les Deux Mondes où il agit à titre de directeur général alors que se développe le rayonnement international de la compagnie; il y demeure jusqu’en 2015. Entre autres dossiers, il  pilote le projet de construction du centre de production et de diffusion de la compagnie, en 1996, puis son agrandissement, en 2010, afin d’y accueillir le théâtre Aux Écuries. On le retrouve au conseil d’administration de plusieurs compagnies et organismes de théâtre après en avoir été, pour certains d’entre eux, le cofondateur (Centre québécois de l’Institut international du théâtre, Centre de théâtre du centre-ville, Conseil de la culture de Montréal).  De 1986 à 1991, il est membre du comité directeur de la Coalition des arts et des affaires culturelles, et porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres (M.A.L.), de 2000 à 2003. Il est membre du conseil d’administration de la compagnie FLAK, du chorégraphe José Navas depuis 2000 (et préside l’organisme de 2000 à 2009). De 2006 à 2016, il siège au conseil d’administration de la Fondation Jean-Pierre Perreault, alors que celle-ci redéfinit son mandat pour se vouer dorénavant à la documentation et à la transmission de la danse contemporaine et actuelle québécoise.

Il siège au sein de diverses instances consultatives en matière d’attribution de subsides publics : pour le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada et pour les Prix du Québec (Prix Denise-Pelletier en 2001 et 2010). Fin des années 70, il est chroniqueur théâtral pour la revue Mainmise, puis collaborateur à la revue Jeu (1978 à 1987), aux cahiers En scène de la NCT (1979 à 1987), et à l’Oxford Companion to Canadian Theatre (1989). Il a collaboré à la production des premières éditions du Répertoire théâtral du Québec (1979, 1981, 1984).  Il est coresponsable, avec Jean-Luc Bastien, de la réalisation de l’ouvrage collectif La Nouvelle Compagnie théâtrale/En scène depuis 25 ans,  lequel se mérite, en mai 1989, le prix Ann Saddlemyer de l’Association Canadienne pour la Recherche Théâtrale.  En 2007, il signe un livre d’entretiens avec Peter Brook, Climat de confiance.